Réseaux sociaux d’entreprise et management

Philippe GerardManager Offre et Expertise Webmarketing et communication digitale

Les réseaux sociaux d’entreprise (RSE) dessinent l’avenir de l’Intranet. Ces plateformes collaboratives réinventent la communication interne. Mais plus encore, elles préfigurent – et nécessitent-- une forme nouvelle de management.

La Ve conférence Media Aces vient d’en apporter une illustration brillante, avec la présentation du réseau social d’entreprise d’Alcatel-Lucent : Engage. Retour sur une innovation exemplaire.

Réseaux sociaux d’entreprise et management© Shutterstock

Le réseau social d'entreprise d'Alcatel-Lucent

ConnectCollaborateContribute. C’est à la fois le slogan et la vocation de réseau social d’entreprise d’Alcatel-Lucent : Engage. Stéphane Lapeyrade, Communication manager en explique le fonctionnement et les objectifs, lors de son intervention à Media Aces.

Engage compte 41 000 inscrits, 2 000 groupes, 10 000 utilisateurs actifs et 2000 contributeurs par semaine… Des chiffres qui donnent le tournis. D’autant que le réseau social interne est un nouveau-né : tout juste créé en 2010. La clé du succès ? La liberté. La liberté donnée, à chaque collaborateur, de créer un groupe, sur le réseau social interne de l’entreprise. Libre encore, à chacun dans l’entreprise d’y souscrire et d’y contribuer.

Un média social interne

Les salariés retrouvent, sur cette plateforme, des outils similaires à ceux qu’ils utilisent quotidiennement sur le web et les réseaux sociaux. A commencer par l’édition d’un profil personnalisé. Comme sur Facebook, Viadeo ou Linkedin. Seules les cordonnées (mail, teléphone,…) proviennent de l’annuaire de l’entreprise. Pour le reste, chacun renseigne son profil à sa guise : description, parcours, expertise, centres d’intérêts professionnels… ou non. Chacun choisit la ou les photos qu’il souhaite associer à son profil, y compris des photos personnelles.

Les salariés américains n’hésitent pas à publier des photos relatives à leurs hobbies. Plus étonnant encore, les groupes ne sont pas limités à un usage strictement professionnel. Certains groupes se créent sur des thématiques fédératrices et personnelles, comme la photo ou la cuisine,… Oui, c’est étonnant mais permis. Voire encouragé. Un aspect des fonctionnalités qui peut paraître anecdotique mais qui révèle, en réalité, l’ouverture d’esprit qui dirige ce réseau social d’entreprise.

L’exemple du management

Seconde clé de cette réussite : l’implication du management. En particulier celle de Ben Verwayyen, le nouveau directeur général d'Alcatel-Lucent (depuis 2008). Intervenant actif sur Engage, le DG donne le ton et incite, de fait, les salariés à intervenir, créer et prendre la parole. Son blog interne est d’ailleurs ouvert à tous les commentaires.

Pour l’instant, le réseau social d’entreprise ne se substitue pas à l’Intranet. Celui-ci garde sa fonction de communication stratégique, de ressources documentaires et de groupes projets. Stéphane Lapeyrade précise toutefois qu’une fusion de ces outils est bien une question posée...

Casser les silos

Les débuts ont été timides. Les premiers group owners (créateurs et adminstrateurs d’un groupe) et leurs premiers membres hésitaient un peu à intervenir, et plus encore à sortir du langage mainstream et ultra-positif des échanges convenus que l’on connaît en entreprise… Mais très vite, voyant que la liberté de parole et de ton étaient implicitement et explicitement autorisée par le DG lui-même, Les échanges se sont faits plus authentiques. Les conversations résolument constructives ont dès lors servi un intérêt réel pour l’entreprise et révèlé des axes de progrès.

Le tableau peut paraitre idyllique mais encore une fois, les chiffres sont là : en moins d’un an, sur les 73 000 salairés du groupe, 41 000 se sont spontanément inscrits sur le réseau social de l’entreprise. Un engouement auquel personne ne s’attendait dans le groupe. Conscient du succès mais aussi des dangers de ce réseau innovateur, Stéphane Lapeyrade souligne l’attention particulière qu’il porte à la mesure des usages du réseau : le ciblage des groupes, les éventuels doublons, la possible surcharge d’information, le risque de fracture numérique… Et peut-être même la constitution de nouveaux silos.

Car le but déclaré de Engage, c’est justement de casser les silos. De rendre les collaborateurs plus responsables. De miser sur l’initiative individuelle et la confiance collective.

Management Trust and Engage

Changement de paradigme. De valeurs. De comportements. D’époque. Développer un réseau social d’entreprise suppose une nouvelle conviction du management. A l’évidence, Ben Verwayyen l’a très bien compris. Et mis en oeuvre. en passant d'un management  Command and Control à un management Trust and Engage.

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Ce que changent les réseaux sociaux d'entreprise (1/2)

Ce que changent les réseaux sociaux d'entreprise (2/2)

 

Pour aller plus loin

Formation : Dynamiser et démultiplier la communication interne

Formation : Communication interne et réseaux sociaux d'entreprise

Formation : RH, accompagner la transformation digitale de votre entreprise

Ecrit par
Philippe Gerard
Manager chez Cegos, Philippe Gerard pilote les formations au Digital et mène des projets de transformation digitale.Il a également co-écrit "La boîte à outils de la Communication" aux éditions Dunod.
En savoir plus
newsletter image

Recevez nos newsletters

Formation, Management, Commercial, Efficacité pro

S'inscrire