Soft skills : les compétences comportementales

Dans le contexte actuel, les compétences comportementales sont passées au premier plan des compétences recherchées par les recruteurs, devant les compétences techniques et l’expertise métier.
Les entreprises ont besoin de candidats plus agiles et adaptables face aux changements du marché. La guerre des talents explique aussi en partie l’importance de ce que l'on appelle aussi “compétences douces” ou "compétences humaines" dans les critères de recrutement et ce, dès l’entretien d’embauche.

Soft skills : de quoi parle-t-on ?

Les soft skills se définissent comme des compétences comportementales, par opposition aux hard skills (les compétences techniques et méthodologiques).
Les soft skills sont un ensemble d’aptitudes relationnelles, situationnelles et émotionnelles qui permettent à l’entreprise et aux personnes de faire face à la complexité et à l’imprévisibilité du monde qui les entoure.

Chez Cegos, les formations soft skills sont construites autour de 7 domaines de compétences comportementales :
- La collaboration à distance
- La communication au travers du numérique
- L'agilité et adaptation
- La créativité et sens de l’innovation
- L'esprit d’initiative et d’entreprise
- L'organisation efficace du travail
- Apprendre à apprendre

Voir les formations soft skills

 

 

Téléchargez l'infographie sur les soft skills

Un facteur décisif d’employabilité et d’attractivité

Les entreprises déployant de plus en plus d’efforts pour fidéliser les talents, elles ont tout intérêt à le faire auprès des bonnes personnes, c’est-à-dire les candidats dont le savoir être et l’intelligence émotionnelle pourront s’accorder sur le long terme avec l’entreprise.

Les compétences comportementales contribuent également au bien-être au travail, et par ricochet à l’équilibre professionnel et personnel de l’individu. Elles augmentent sa résistance au stress, lui permettent de s’épanouir et de se réaliser professionnellement, et elles sont transposables dans la vie privée. L’individu a ainsi tout intérêt à être le principal acteur du développement de son capital de soft skills.

 

Etude, Economic Research Institute of Northern Ireland

Les soft skills font partie des 5 facteurs qui ont le plus d’impact sur la réussite des entreprises, avec l’esprit d’entreprise, la compétitivité, l’investissement et l’innovation.
Etude, Economic Research Institute of Northern Ireland

 

Télécharger le livre blanc sur les soft skills - Cegos

Développer ses soft skills, cela s’apprend !

Le développement des soft skills est un processus long qui se construit par couches successives.
Certains concepts ne pourront être compris et « vécus » que si certaines portes ont pu être ouvertes auparavant ou si l’apprenant peut les raccrocher à une expérience personnelle antérieure. C'est aussi le rôle des formations que de lui offrir ces opportunités.

Faites le choix de Cegos pour développer vos compétences

Pour toutes nos formations, la transposition est au centre de notre pédagogie.
Notre ambition est de transposer les apports pédagogiques dans votre contexte professionnel.
Ainsi, en introduisant la situation de travail dans la salle de formation, en utilisant tous les leviers du social learning, nos consultants-formateurs vous font vivre des expériences marquantes qui dépassent la connaissance.

Découvrez nos 7 domaines de formation soft skills

Collaboration à distance, Communication au travers du numérique, Agilité et adaptation, Créativité et sens de l’innovation, Esprit d’initiative et d’entreprise, Organisation efficace du travail, Apprendre à apprendre.

Nos 7 domaines de compétence comportementale

Collaboration à distance

0

Dans les organisations où les équipes sont polymorphes, évolutives, à distance et parfois multiculturelles, où les communautés virtuelles et les réseaux sociaux prennent le pas sur les organisations verticales, savoir collaborer et coopérer à distance est devenu clé.

Cela se traduit par une grande qualité relationnelle, une maîtrise des outils de collaboration, une maîtrise de plusieurs langues et une sensibilité aux différences multiculturelles.

Communication au travers du numérique

1

Quand on pense au numérique, on pense d’abord plutôt aux outils et aux media qu’à ce que l’on y fait réellement. Si la maîtrise des outils est clé, elle n’est pas suffisante.

Ce que l’on appelle l’alphabétisation digitale (« digital literacy ») passe par trois compétences complémentaires :

  • Rechercher, accéder, trier, filtrer et synthétiser les informations pertinentes d’une manière critique et systématique ;
  • Générer son propre contenu représentant une véritable valeur ajoutée pour les autres au-delà du simple partage ;
  • Produire et diffuser des contenus multimédias adaptés.

Agilité et adaptation

2

La fragmentation des parcours professionnels nous pousse déjà à développer une transversalité en termes d’expertise, de savoirs et d’expériences.

Nous serons de plus en plus amenés à nous adapter aux diverses évolutions. L’agilité dont nous ferons preuve et notre capacité à piloter le changement sera donc un facteur clé de succès. Cela implique de développer une grande tolérance à l’incertitude et aux idées nouvelles, des connaissances dans plusieurs disciplines, ainsi qu’une grande propension à changer en continu.

Créativité et sens de l’innovation

3

La créativité est la capacité à apporter un regard nouveau sur des questions nouvelles.

Elle suppose une grande ouverture aux nouvelles formes d’idées, d’expériences (culturelles, artistiques, professionnelles). Elle peut se développer par une maîtrise des outils qui la favorisent, qu’ils soient individuels ou collectifs (questionnement, expérimentation…) et par un environnement propice à apporter des idées nouvelles et à y consacrer du temps.

Esprit d’initiative et d’entreprise

4

Plus que jamais, ce que nous ferons dépendra de nous. La liberté d’entreprendre, en interne comme en externe, n’a jamais été aussi grande.

L’aptitude d’un individu à passer des idées aux actes nécessite une grande motivation, une capacité à prendre des risques et à gérer des projets en vue de réaliser ses objectifs.

Organisation efficace du travail

5

La multiplicité des échanges, la masse d’information grandissante, l’appel des distractions et la diversité des projets à mener en parallèle nous forcent déjà à développer une grande productivité personnelle.

Cela pour pouvoir atteindre nos objectifs, notamment sur trois points :

  • Le temps est et restera une ressource rare. Les bonnes pratiques en termes de gestion du temps et des priorités doivent dès aujourd’hui être maîtrisées par chacun.
  • La gestion de son environnement de travail, qu’il soit à distance ou au bureau, physique ou virtuel, doit permettre à chacun d’accéder efficacement à tous les sujets en cours.
  • Il faut savoir saisir l’opportunité d’automatiser ses tâches routinières grâce aux différentes applications proposées ou développées par soi-même.

Apprendre à apprendre

6

Chacun d’entre nous devra dédier au moins 20% de son temps à renouveler ses compétences pour rester employable et s’efforcer de coller à celles requises par l’évolution du marché du travail.

Nous devons pour cela développer une culture de l’auto-formation et définir notre stratégie d’apprentissage dans notre écosystème (entreprise, réseaux, écoles,communautés).