Reprise d'entreprise en difficulté : retour d'expérience

Caroline SelmerManager Offre et Expertise Contrôle de gestion Cegos

Il y a quelques années, une entreprise de distribution par internet était au bord du dépôt de bilan. Elle a été reprise par un jeune entrepreneur prêt à prendre des risques, et à parier sur le nom de la marque. Cet article présente quelques aspects du plan d’action qui a conduit au succès.

Celui-ci s'est articulé autour de deux idées fortes.

Les clés pour une reprise d'entreprise réussie

Poser les fondamentaux au démarrage

  1. Créer une proposition de valeur forte en recentrant l’offre proposée sur internet sur des produits de qualité : fabrication exclusivement française et dans le respect des principes du développement durable.
  2. Convaincre tous les interlocuteurs de faire de nouveau confiance à l’entreprise. Un modèle d’impacts positifs a été présenté à toutes les parties prenantes : en terme économique (restauration progressive de la profitabilité), social (création significative d’emplois locaux), et sociétal (fournisseurs exclusivement français).
  3. S’engager personnellement en tant que nouveau dirigeant : mettre toute son énergie, investir son argent et sa love money, avoir le soutien de sa famille
  4. Trouver des fonds : le modèle d’impact sur les emplois créés dans la région a permis d’obtenir le soutien de la région, qui a donné sa garantie aux banques pour que l’entreprise puisse emprunter.

Créer les conditions d’une organisation agile

  1. Responsabiliser les équipes : l'organisation de l'entreprise a évoluée vers une structure plate et un mode de management collaboratif. Une fois la vision élaborée par le dirigeant, un large pouvoir est donné aux équipes pour la mise en œuvre. Par exemple, le budget de l’entreprise est fait en collaboration par 9 collaborateurs élus chaque année.
  2. Donner du pouvoir au client : tous les ans, les clients sont invités une journée pour, visiter l’usine d’un fournisseur le matin et, travailler l’après-midi en ateliers créatifs avec des collaborateurs de l’entreprise afin d’imaginer les produits de demain.
  3. Inscrire le risque dans la culture de l'entreprise : le dirigeant doit faire confiance à son intuition, mais également être à l’écoute de ses conseils dont le rôle est de lui permettre de prendre des risques calculés.
  4. Développer une culture digitale : faire de ses collaborateurs des ambassadeurs de l’entreprise, montrer clairement ses savoir-faire sur le site internet de l’entreprise.

Entreprendre, c’est prendre un risque. Tout changement important nécessite un besoin d’acceptation du risque pour aller vite. Cela implique de ne pas avoir peur de l’échec, d’expérimenter beaucoup, et d’avoir confiance en soi.

Pour aller plus loin

Consulter notre programme de formation : Créer son entreprise.

Ecrit par
Caroline Selmer
En savoir plus
newsletter image

Recevez nos newsletters

Formation, Management, Commercial, Efficacité pro

S'inscrire