Muse : logiciel de création web pour les graphistes

Philippe GerardManager Offre et Expertise Webmarketing et communication digitale

Adobe lance un nouveau logiciel de création de sites web destiné aux graphistes : Muse. Un outil pour créer un site web, sans avoir à saisir une seule ligne de code. Premier retour d’expérience et tour d’horizon de ce nouvel éditeur de site web.

Adobe met à disposition des créateurs de sites web, en particulier les graphistes, un nouveau logiciel de mise en page web : Muse. Sous ce nom de code se cache un outil assez ressemblant aux outils classiques de PAO, comme InDesign. L’intérêt de ce logiciel réside justement dans une mise en page intuitive et visuelle, sans avoir à passer par l’écriture de code (bien que Muse utilise les derniers standards du web : HTML5 et CSS3).

Le logiciel Muse ne devrait pas sortir avant 2012 mais pour l'instant une version bêta est  téléchargeable gratuitement sur le site de l’éditeur. La version officielle devrait, elle, être payante et basée sur un modèle économique original puisque Muse devrait être commercialisé par abonnement (20$/mois).

Muse : un outil intuitif

A quoi ressemble Muse ? Bonne surprise, l’outil est intuitif et fonctionne bien, surtout depuis la mise à jour en beta 3, sortie fin septembre, qui a corrigé pas mal de bugs. L’interface générale du logiciel offre quatre modes d’affichage :

  • Plan
  • Design
  • Preview
  • Publish

Plan : l’arborescence du site et la création de maquettes

Logiciel Muse

Design : la mise en forme des pages avec les palettes

Muse : logiciel de création web pour les graphistes

Une interface inspirée de la Creative Suite

La création de site démarre avec une page d’accueil par défaut et une page de maquette dans la partie basse de l’écran. Le travail de mise en page s’accomplit d’abord logiquement sur la maquette que l’on applique ensuite aux pages. La création de page supplémentaire se fait par un clic sur le « + » à côté ou au-dessous de la page sélectionnée. On peut également créer plusieurs maquettes pour les différentes rubriques ou déclinaisons du site web.
Côté interface, les utilisateurs de la Creative Suite ne seront pas dépaysés en retrouvant le jeu de palettes sur le côté gauche de l’écran.

En outre, de nombreuses fonctionnalités prédéfinies permettent d’intégrer par exemple, des menus de navigation automatiques. Très pratiques, puisqu’ils reconnaissent d’emblée les pages créées dans le site, avec une sélection possible des niveaux. La mise en forme des menus se fait avec les options proposées dans la fenêtre de réglages. Ces menus sont accessibles à partir de la libraire de wigdets disponible dans Muse. On trouvera également des fonctions de diaporama, de panneaux, qui permettent des mises en page dynamiques et graphiques, par glisser-déposer, sans avoir à insérer de code javascript (jQuery).

Le déplacement des objets dans la page est facilité par des repères d’affichages et des règles mais surtout par des alignements automatiques entre ces différents objets. Ces ajustements « magnétiques » des objets dans la zone de travail rendent les manipulations très agréables.

PageMill, Golive, Dreamweaver... Muse ?

Muse s’inspire très clairement des outils éprouvés avec la CS5. On retrouve le confort d’utilisation des logiciels de mise en page dédiés au Print (XPress/InDesign).

Muse n’a toutefois pas la puissance d’un Dreamweaver qui reste un modèle et une référence pour la création de site web. Mais force est de constater qu’Adobe vise avec ce nouvel outil, Muse, un public de graphistes que l’éditeur avait un peu tendance à négliger ces derniers temps. Une annonce qui vient dans la foulée de celle de Edge, le logiciel d'animation web, également lancé par Adobe...

Reste que l’on ne voit pas bien comment ce nouveau logiciel de création web sera commercialisé aux côtés de la Creative Suite (ou avec elle ?) qui intègre déjà le logiciel-phare Dreamweaver. Les deux outils cohabiteront-ils, ou l’un disparaitra t-il au profit de l’autre ? Comme Adobe a déjà fait disparaître ses précédents éditeurs web Wysiwyg, PageMill, puis Golive… Pour n’en garde qu’un seul : Dreamweaver. Muse prendra t-il sa place ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Edge, le logiciel d'animation web

http://muse.adobe.com

Ecrit par
Philippe Gerard
En savoir plus
newsletter image

Recevez nos newsletters

Formation, Management, Commercial, Efficacité pro

S'inscrire