A quand une journée de la méchanceté ?

Jean-Pierre TestaManager Offre et Expertise Cegos

Pourquoi parler encore de gentillesse alors que l’édition 2011 de la Journée de la Gentillesse, organisée par Psychologies Magazine, a eu lieu le 13 novembre et que la prochaine n’aura lieu que dans un an ?

Dans son billet « Journée de la gentillesse : pourquoi les gens ne sont –ils pas gentils » sur le blog efficacité professionnelle, Alain Duluc nous a expliqué pourquoi nous ne sommes pas gentils mais est-il souhaitable de l’être quand on est manager ?

Pourquoi la gentillesse a-t-elle mauvaise presse en management ?

Cela nous renvoie probablement à notre enfance et à une utilisation dévoyée du terme de gentillesse. Lorsque des adultes disent qu’un petit garçon (ou une petite fille) est gentil(le), ils valorisent sa docilité, son obéissance et le fait qu’il (ou elle) ne les dérange pas comme nous le rappelle des phrases telles que : « Oh, vous savez, d’habitude il est gentil ! ». L’injonction « Sois gentil » est bien souvent synonyme de « sois docile ».

Comment s’étonner alors que des années plus tard, quand on dit d’un manager est gentil, la dévalorisation voire le mépris ne soient pas loin ou que de nouveaux managers adoptent comme credo : « maintenant, il ne faut plus que je sois gentil » en confandant autorité et méchanceté.

Réhabilitons la gentillesse

Pour y voir plus clair, je me suis emparé d’un dictionnaire pour y lire : « Gentillesse : caractère de quelqu’un qui est d’une complaisance attentive et aimable, caractère de ses propos, de son comportement, bonté » et « Méchanceté : volonté de nuire, de faire mal, malveillance, malignité ».

Attention aux autres, amabilité, bonté… En ces temps où les qualités relationnelles du manager pour prévenir les risques psychosociaux, la discrimination, le stress (cf. le billet d’Annette Chazoule) mon choix était fait : je décidais d’être gentil le plus souvent possible et méchant le plus rarement possible.

J’ai eu à ce moment-là un regret : que la journée de la gentillesse ait eu lieu un dimanche et que les collaborateurs n’aient pas pu en en bénéficier.

Les avantages d’une journée de la méchanceté

De cette décision est née l’idée d’organiser une Journée de la Méchanceté. J’y vois plusieurs avantages :

  • La méchanceté serait Limitée dans le temps,
  • Chacun pourrait s’y préparer et prévenir son entourage,
  • On pourrait s’échanger les « meilleures » pratiques,
  • Les méchancetés à succès pourraient alimenter les discussions.

Je milite pour 364 jours de gentillesse et 1 jour de méchanceté à la carte que le manager pourrait choisir de préférence quand les conjoints, les enfants, les amis…et les collaborateurs sont absents.

Merci d’avance pour votre soutien pour l’instauration de la journée de la méchanceté.

Ecrit par
Jean-Pierre Testa
Jean-Pierre Testa a eu une première activité en tant que responsable RH. Il a ensuite rejoint le groupe Cegos où il a eu la responsabilité de nombreuses offres de formation notamment celle en management des équipes, coach et consultant en management. Il a également participé à de nombreux ouvrages aux éditions ESF : "Prendre de nouvelles responsabilités – mode d’emploi", "Animer, diriger une équipe", "Managez votre temps et vos priorités", "L’intelligence managériale" et le "Guide du management et du leadership" aux Editions Retz.
En savoir plus
newsletter image

Recevez nos newsletters

Formation, Management, Commercial, Efficacité pro

S'inscrire