Management transversal : de quoi parle–t-on ?

Jean-Pierre TestaManager Offre et Expertise Cegos

La notion de « management transversal » est de plus en plus répandue mais est ce que ce qui en est dit est vraiment aidant pour les managers transversaux concernés ? Force est de constater que cette forme de management est encore souvent assimilée à du management de projet ou du management hiérarchique revisité alors qu’elle recèle des spécificités propres.

Management transversal : de quoi parle–t-on ?

Pourquoi parle-t-on autant de management transversal aujourd’hui ?

Les entreprises ont de plus en plus recours aux fonctions transversales pour assurer la coordination permanente nécessaire au bon fonctionnement global et à la cohérence d’ensemble. Ce besoin de déploiement de politiques cohérentes ou d’harmonisation des pratiques dans les différentes entités s’accroît avec le développement de l’internationalisation, de l’externalisation de certaines fonctions ou encore des politiques de décentralisation.

Peut-on parler de management ?

Résolument oui si l’on se réfère à une définition simple du management : « manager, c’est faire faire ». C’est le point commun du management transversal avec les autres formes de management.

Le manager transversal a pour mission de "faire faire" à des acteurs pour atteindre les résultats attendus par l’entreprise. Au-delà de cette similitude, le manager transversal aura intérêt à oublier les repères traditionnels de management s’il veut adopter la posture adaptée.

Un point commun avec le management de projet…

Ce qui rapproche le manager transversal du rôle d’un chef de projet ou d’un animateur d’un réseau, c’est que ce sont trois formes de management hors hiérarchie caractérisées par une relation tripartite entre le manager transversal, les acteurs et leur ligne hiérarchique.

Mais également des différences

A la différence d’un chef de projet, dont la mission est limitée dans le temps, le manager transversal est en charge de processus permanents opérationnels ou fonctionnels : déployer des politiques, harmoniser et de faire vivre des pratiques homogènes en partant de pratiques locales différentes et variées. Autant de missions dont le terme n’est pas défini.

A ce titre, certaines entreprises englobent encore aujourd’hui sous le terme générique de « projet » à la fois de véritables projets mais également des processus permanents. Pas facile pour les managers qui portent alternativement ces deux casquettes…

Un manager qui n’a pas d’équipe

En effet, si pour réussir dans sa mission transversale, le manager transversal a besoin de la contribution d’acteurs, dispersés sur plusieurs sites ou filiales, il ne dispose pas d’équipe dédiée. Ajoutons que la mission transversale n’est pas nécessairement prioritaire pour les acteurs et leur hiérarchie.

Un management sans équipe : voilà bien une idée qui bouscule les paradigmes traditionnels du management. A telle enseigne que si l’on parle de management transversal, aucun manager ne porte le titre de « manager transversal » et que les entreprises ont parfois des difficultés à leur trouver un libellé emploi satisfaisant : les managers transversaux auraient-ils des problèmes d’identité et de reconnaissance ?

Et vous, êtes-vous un manager transversal ?

Ecrit par
Jean-Pierre Testa
Jean-Pierre Testa a eu une première activité en tant que responsable RH. Il a ensuite rejoint le groupe Cegos où il a eu la responsabilité de nombreuses offres de formation notamment celle en management des équipes, coach et consultant en management. Il a également participé à de nombreux ouvrages aux éditions ESF : "Prendre de nouvelles responsabilités – mode d’emploi", "Animer, diriger une équipe", "Managez votre temps et vos priorités", "L’intelligence managériale" et le "Guide du management et du leadership" aux Editions Retz.
En savoir plus
newsletter image

Recevez nos newsletters

Formation, Management, Commercial, Efficacité pro

S'inscrire