6 conseils pour réussir sa soutenance de mémoire

Mathilde BourdatManager Offre et Expertise Formation Cegos

La soutenance d'un mémoire peut être source de frustration. Ce travail intense que vous avez fourni, toutes ces notes, ces fichiers, ces heures passées… tout cela pour aboutir à un temps de présentation et d’échanges qui va passer très vite. Voici 7 conseils et quelques ressources peuvent vous aider.

Ça  y est, vous avez rendu votre mémoire écrit. Accordez-vous un peu de détente, mais pas trop ! C’est le moment de préparer votre soutenance !

1. Partez des critères d’évaluation de votre certificateur

Dans son article Comment préparer la soutenance de son mémoire, Hélène Weber écrit :

« Là où j'enseigne actuellement, les étudiants de première année sont à 75 % évalués sur des critères de forme : durée chronométrée de cinq minutes à respecter, PowerPoint obligatoire avec trois diapos (ni plus ni moins), diapos aérées, titres explicatifs, etc. Tant et si bien que si l'étudiant respecte avec précision ces critères de forme, il est déjà assuré d'obtenir plus de 15/20. »

Il importe donc de vous informer précisément des critères de votre jury :

  • la durée de la soutenance, sa chronologie,
  • les éléments sur lesquels vous serez évalué(e).

Pour l'Executive Master Management de la Formation, par exemple, ces critères sont les suivants :

  • qualité d’expression, de communication,
  • respect du timing (15 minutes de présentation par l’étudiant/15 minutes d’échanges, en réponse aux questions du jury),
  • qualité et pertinence des supports,
  • réactivité dans la réponse aux questions.

2. Renoncez à tout dire, exprimez l’essentiel

Vous avez beaucoup travaillé, et vous aimeriez partager l’évolution de votre réflexion, vos difficultés, les lectures et apports passionnants qui ont éclairé votre chemin. « Quand tu parles, aie pitié de celui qui t’écoute !» dit un proverbe africain. Prenez un instant le point de vue de votre jury. Selon la réglementation du diplôme que vous présentez, votre tuteur, ou professeur référent, est peut être présent. Lui (elle) connait bien votre travail, les autres membres ne l’ont découvert qu’à travers la lecture de votre mémoire. Un parmi de nombreux autres. Leur besoin est une présentation synthétique, claire, qui montre que vous vous êtes approprié les éléments clés de méthodes et de contenus, que vous avez mis en œuvre les compétences essentielles visées par le diplôme qu’ils certifient.

Alors, comme le conseille Franck Vidal dans la vidéo ci-dessous, il vous faut « extraire l’essentiel ». Vous pouvez par exemple adopter le plan suivant :

  • le contexte,
  • la question que vous vous êtes posée, la problématique,
  • vos hypothèses de travail,
  • la méthode que vous avez employée,
  • vos résultats,
  • vos propositions, à aujourd’hui, pour aller plus loin.

Regardez par exemple la présentation d’Andrea Iacob ci-dessous pour le Master 2 "Communication stratégique et marketing".

« Tout cela en 15 minutes ? » vous dites-vous peut être. C’est possible, à condition d’établir un scénario précis et chronométré de votre présentation. De prendre du recul par rapport à votre écrit pour rechercher les idées clés. Franck Vidal, dans la vidéo ci-dessus, recommande d’élaborer le « storyboard » de votre présentation.

Lire aussi : Prendre la parole en visio : 8 conseils pour être efficace

3. Soyez vous-même pendant votre soutenance de mémoire

Il m’arrive, en écoutant une soutenance, d’avoir la désagréable impression d’avoir entendu pratiquement la même de nombreuses fois. Mêmes expressions, mêmes schémas… C’est d’une appropriation qu’il s’agit, pas d’une répétition. Votre « matériau conceptuel» est bien sûr largement issu des cours, ou vos lectures. Mais vous montrerez que vous l’avez vraiment compris si vous êtes capable de le reformuler dans vos propres mots, en l’appliquant à votre contexte. Au travers de votre soutenance, faites ressortir la personne que vous êtes, votre esprit critique, vos projets.

4. Soignez les visuels de votre présentation

Il vous est souvent d’appuyer votre présentation par des visuels. Si vous optez pour des diapositives type PowerPoint, vous pouvez vous inspirer des conseils de ce tutoriel pour votre mise en forme. En un mot : de vrais visuels destinés à soutenir votre discours (des graphiques, des images, des schémas ) , et pas du texte destiné à vous rassurer.

5. Soignez votre expression orale

Regard, position du corps, articulation, rythme, niveau de langage… tout compte. Entraînez-vous, tout seul (par exemple devant la vidéo de votre ordinateur, ou ne serait ce qu’en vous enregistrant). Cela vous permettra d’intégrer les durées de chaque partie de votre présentation. Demandez à des auditeurs critiques et bienveillants de repérer vos tics de langage (les « euh… », les « un petit … ») qui agacent, et de vous signaler les phrases qui ne veulent rien dire.

Répétez, répétez. Et regardez, pour vous aider et vous détendre un peu, les vidéos d’Emmanuel Chila :

6. Restez ouverts pendant la soutenance de votre mémoire

C'est presque une injonction paradoxale. Intégrer un timing précis, faire une préparation millimétrée ... et en même temps rester ouvert, attentif aux membres du jury, en interaction avec eux. En confiance pendant votre temps d'exposé, mais aussi pendant le temps d'échange.

Partez du principe queles questions du jury ne sont pas des "pièges", mais un moyen de clarifier un point de votre mémoire, ou encore un vrai désir d'approfondir. Le pire serait de vous mettre sur la défensive.

Si une remarque vous paraît, à la réflexion, justifiée, admettez-le. Si vous pensez avoir de bons arguments pour défendre votre position, énoncez les calmement.

Très belles soutenances à tous !

Ecrit par
Mathilde Bourdat
En savoir plus
newsletter image

Recevez nos newsletters

Formation, Management, Commercial, Efficacité pro

S'inscrire