Blended Learning : comment réussir son projet ?

Grégory GallicManager Offre et Expertise Ingénierie pédagogique et Efficacité professionnelle Cegos

Les dispositifs blended learning existent depuis de nombreuses années et ont plus que jamais le vent en poupe. Ils se sont enrichis au fil des avancées technologiques et de l’évolution des modes de travail. Voici un panorama des bonnes pratiques pour réussir vos projets.

Quelle évolution du blended learning ces dernières années ?

Également appelés dispositifs hybrides ou multimodaux, les projets blended learning utilisent une palette de plus en plus variée de modalités pédagogiques. Nous sommes passés de simples modules e-learning en complément d’un stage présentiel à de véritables parcours distribués dans le temps. Ces projets allient maintenant des modalités synchrones et asynchrones, individuelles et collectives et s’intègrent de plus en plus dans le flux de travail.

Lire aussi : Les tendances du digital et blended learning

La complémentarité synchrone/asynchrone

Un projet multimodal doit tirer profit des atouts et bénéfices de chaque type de modalité d’apprentissage. Et il les articule dans le temps afin d’atteindre les objectifs assignés au dispositif de formation. Ce mix intelligent de modalités doit ainsi permettre la mise en œuvre de temps de formation synchrones avec un formateur (en distanciel comme en présentiel). Il y a aussi des temps asynchronesentre pairs ou spécifiques à chaque apprenant, en dehors des temps de regroupements avec le formateur.

Dans l’idéal, il s’agit de proposer un flux continu d’apprentissage :

- individuel et collectif

- en tout lieu (au bureau, en télétravail ou en mode hybride !)

- à des moments choisis et depuis n’importe quel support (notamment mobile !)

Un projet blended learning réussi permet de sortir les apprenants des carcans géographiques et temporels, et de combiner une dynamique personnalisée avec une dynamique collective de l’apprentissage.

Le rapprochement de la formation et du travail

La participation à des projets ou à des défis professionnels, ce que l’on pourrait appeler le "learning by doing", s’invite de plus en plus dans les dispositifs blended. En tant que ressource rare, le temps est le bien le plus précieux sur le lieu de travail. Ainsi, le temps de formation n’échappe pas à la règle : il doit être utile et produire des résultats. Le mode projet permet donc de transposer les acquis de formation sur un sujet concret et directement utile pour l’organisation.

Dans le même registre, les solutions digitales d’ancrage mémoriel et comportementales ont le vent en poupe pour résoudre le problème de la transposition et du passage à l’action dans le flux de travail.

3 pratiques qui font la différence dans la réussite de son projet blended

Se concentrer sur les objectifs et pas sur les outils

Il existe des prérequis intemporels à la réussite d’un projet blended learning. Le premier est de se concentrer sur les usages et objectifs pédagogiques avant de penser aux outils qui vont être mis en œuvre. Aussi, il faut bien garder à l’esprit que la multimodalité n’est pas une simple addition de modalités. Elles sont pleinement intégrées et s’entremêlent sans couture. C’est-à-dire qu’un lien cohérent et fluide est établi entre ce qui a été fait avant, ce qui est à réaliser maintenant et ce qui sera fait après.

Ainsi, toutes les modalités d’apprentissage ne sont pas adaptées à toutes les compétences ou à toutes les cibles. On ne va pas utiliser la réalité virtuelle pour se faire plaisir si cela n’a pas de sens ni d’objet pédagogique par rapport à l’objectif final ! 

Mobiliser l’intelligence collective au service de l’expérience apprenant

Le pilotage et la conception de projets blended learning s’inspirent des nouveaux modes de travail, plus collaboratifs et agiles, à même d’accélérer l’innovation pédagogique. Mobiliser l’intelligence collective d’équipes pluridisciplinaires devient un incontournable dans le processus d’ingénierie. La cible, c’est-à-dire les futurs apprenants, est évidemment partie prenante dans la réflexion de cette équipe.

Des démarches d’innovation à des fins pédagogiques comme le codesign et le design thinking sont des exemples de processus appliqués aujourd’hui dans le cadre de projet de formation. Le but est de se recentrer sans cesse sur l’expérience de l’utilisateur final, de mieux définir la problématique à résoudre, de gagner en créativité et de tester plus rapidement les solutions pédagogiques retenues.  

Favoriser l’engagement et la proactivité des apprenants

La question de l’engagement est également une clé de la réussite d’un projet de formation blended learning. Bien sûr, rapprocher la formation du travail, gagner en utilité et se recentrer sur l’expérience apprenant sont déjà des ingrédients à même de susciter l’engagement.

Recourir à une plus grande personnalisation des parcours est une autre piste à suivre. L’intention de rendre l’apprenant acteur de son parcours d’apprentissage ne peut plus être galvaudée. Car bien qu’orienté par un système d’évaluation diagnostique, il doit être libre de choisir ses contenus en fonction de ses besoins mais aussi de ses envies.  

L’innovation pédagogique et technologique (réalité virtuelle, simulateurs de conversation, …) la scénarisation (storytelling) et l’intégration du jeu (escape game…) au sein des dispositifs sont également des stratégies à même de favoriser l’engagement.  

Enfin, l’exploitation accrue des données d’apprentissage individuelles et collectives, encore balbutiante, laisse présager de nouvelles stimulations par l’émulation entre pairs et le "Quantified Self"  (mesure de soi) à travers des tableaux de bord et des scores à atteindre.

Ecrit par
Grégory Gallic
En savoir plus
newsletter image

Recevez nos newsletters

Formation, Management, Commercial, Efficacité pro

S'inscrire