Recevez notre newsletter Formation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir tous les mois les derniers articles du Mag Formation Cegos et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire via les liens de désinscription. Vos données personnelles sont utilisées dans le cadre strict de l’exécution et du suivi de votre demande par les services CEGOS en charge du traitement. Elles sont nécessaires à l’exécution de ce service. Elles sont conservées pour une durée de trois ans à compter de notre dernier contact. En application de la réglementation sur la protection des données à caractère personnel, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de limitation du traitement ainsi que d’un droit d’opposition et de portabilité de vos données si cela est applicable que vous pouvez exercer en vous adressant à CEGOS, DPO- Direction des Systèmes d’Information, 19 rue René Jacques, 92798 Issy-les-Moulineaux. Vous bénéficiez également du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle si nécessaire.

Comment se formera-t-on dans le futur ?

Grégory GallicManager Offre et Expertise Ingénierie pédagogique et Efficacité professionnelle Cegos
Aurélie TachotJournaliste

Si en ce début 2023 on peut dire que la formation est devenue aussi stratégique, c’est parce que les entreprises ont sans cesse besoin de s’adapter. Alors demain pour relever les nouveaux défis qui les attendent, elles auront besoin de faire de leurs collaborateurs "serial learners". Mais comment se formeront-ils ? On vous en dit plus.

Où en est la formation aujourd’hui ?

Dans les grandes entreprises, force est de constater que la direction Formation devient peu à peu la direction Learning & Development. Un changement de nom qui n’est pas si anodin, selon Grégory Gallic, manager de l’offre Ingénierie de formation au sein du groupe Cegos. « Contrairement au premier, direction L&D inclut la notion d’apprentissage. C’est un signe que la formation devient moins monolithique et plus fluide », explique-t-il.

Aidée par la montée en puissance des nouvelles technologies et un écosystème EdTech particulièrement dynamique, la formation s’affranchit des carcans temporels mais aussi géographiques, notamment de la salle de cours. Résultat : « les salariés sont désormais plus autonomes dans leur apprentissage, du fait de la pluralité des modalités d’apprentissage mais aussi de l’individualisation de leurs parcours de formation ».

L’analyse des données apprenantes, ou learning analytics, rendue possible grâce aux nouvelles technologies, permet l’émergence de l’adaptive learning, soit un apprentissage personnalisé, qui améliore grandement l’expérience d’apprentissage. Là où le bât blesse, c’est sur la lisibilité de l’offre d’apprentissage, « souvent peu claire et pas suffisamment marketée ».

Lire aussi : Qu’est-ce que l’adaptive learning ?

Vers des formations plus courtes, mais plus récurrentes

Les neurosciences, qui désignent l’étude scientifique du système cognitif, nous donnent une vision fine de ce que la formation idéale pourrait être dans le futur. En alertant sur les risques de "surcharge cognitive", elles nous apprennent par exemple qu’il est plus efficace de se former sur des temps courts et distribués dans le temps.

Demain, le micro-learning, quelle qu’en soit la forme (guide interactif, quiz, vidéo, podcast...) devrait ainsi répondre aux nouveaux enjeux de formation, notamment dans le flux de travail. À condition, toutefois, que ces sessions soient récurrentes (étalées dans le temps de manière régulière) afin, notamment, d’obtenir un meilleur ancrage des nouvelles compétences. La mémoire étant fragile, il importe en effet de miser sur la répétition afin de renforcer les connexions synaptiques, qui relient les neurones entre eux. De la même manière, la formation devra davantage capter l’attention des apprenants, par la stimulation des sens et des émotions, par exemple via la gamification, le storytelling, l’humour...

Digital Learning Manager
Accompagner la transformation digitale des pratiques d'apprentissage

Une dimension collaborative forte

« On apprend toujours seul mais jamais sans les autres », écrivait, dès 2005, le professeur Philippe Carré, dans son ouvrage L’apprenance : vers un nouveau rapport au savoir. Une idée qui n’est certes pas nouvelle, mais qui est pourtant toujours d’actualité, à l’heure où les échanges humains se font surtout via des canaux digitaux. Selon Grégory Gallic, « la valeur d’une formation, c’est-à-dire sa capacité à produire un résultat tangible sur les pratiques de travail, repose beaucoup sur les interactions humaines entre les participants et avec le formateur», indique-t-il.

Pour susciter l’intérêt des apprenants, la formation de demain, qu’elle soit présentielle ou distancielle, devra donc être collaborative et miser sur l’intelligence collective. Les entreprises l’ont d’ailleurs bien compris : parmi les modalités de formation à leur disposition, le social learning est plébiscité par 52 % des DRH français, selon le baromètre Transformations, compétences et learning 2022 publié par Cegos. Demain, le social learning sera particulièrement pertinent pour les apprentissages informels, dans le flux de travail. Il ira également de pair avec la volonté d’autonomie des collaborateurs dans le développement de leurs compétences.

Lire aussi : La communauté d’apprentissage, une modalité originale au service des formateurs

Les compétences qui se développeront demain

La formation est devenue, au fil des années, un sujet éminemment stratégique pour les entreprises. Notamment parce qu’elles sont confrontées à l’obsolescence des compétences de leurs collaborateurs, générant des besoins importants en matière d’upskilling et de reskilling. Alors que les nouvelles technologies bousculent – chaque année un peu plus – les pratiques professionnelles, les formations devront davantage être axées sur la créativité, la pensée critique, l’empathie, la pensée adaptative... Bref, « sur les compétences humaines qui constituent notre valeur ajoutée et qui ne pourront pas être reproduites par une intelligence artificielle », indique Grégory Gallic.

À mesure que l’IA impactera nos métiers, avoir un quotient émotionnel élevé, faire preuve d’éthique, savoir discriminer une information en fonction de sa véracité seront des compétences stratégiques pour collaborer avec l’IA. « Les salariés de demain devront enfin être transdisciplinaires, c’est-à-dire avoir des compétences verticales dans leur métier ainsi que des capacités horizontales pour comprendre les enjeux des collaborateurs qui l’entourent et ainsi éviter de travailler en silo », indique notre expert.

Quid du rôle des formateurs dans le futur ?

Exit la posture du sachant qui caractérise parfois encore le formateur ! Demain, on attendra plutôt de lui qu’il soit au croisement des métiers de tuteur, de mentor et de coach. « Le formateur investira plusieurs rôles, qui seront tous liés à la facilitation. Cela suppose toutefois qu’il fasse un pas de côté et qu’il accepte de ne plus être le seul détenteur des connaissances », explique Grégory Gallic. Organiser la co-création des contenus et favoriser les interactions entre les apprenants feront par exemple partie de ses missions. « Tel un "learning match-maker", il devra faire matcher les besoins de chaque individu avec les différents contenus, notamment de ses pairs », indique-t-il.

Formateur : réussir ses animations - Niveau 1
Maîtriser les fondamentaux de l'animation de formation
4.7 /5
(227 avis)

En agrégeant une myriade de données sur les apprenants, l’intelligence artificielle embarquée dans les outils de formation modifiera également en profondeur le métier de formateur. Elle ne le remplacera pas pour autant ! L’IA permettra plutôt au formateur de soutenir l’apprentissage dans la durée (verbalisation des acquis, renforcement des apprentissages, soutient de l’effort...). Grâce aux datas, elle l’aidera à avoir une lecture plus fine des comportements des apprenants, notamment de leurs moments de décrochage.

Lire aussi : Les learning analytics pour améliorer l’engagement des apprenants

Découvrez le podcast La Boussole des Futurs sur le sujet de la formation dans le futur

Expert :

Grégory Gallic

Après 5 années au sein de l’Université des Talents du Club Med en tant que chef de projet formation et responsable de l'e-learning, Grégory rejoint le Groupe Cegos au sein de l’activité sur mesure. Expert "Learning & Development", il conçoit et pilote pendant 10 ans la mise en œuvre de nombreux dispositifs de formation pour développer les compétences impactées par les transformations au sein de grandes entreprises françaises et internationales. Titulaire d’un Executive MBA (IESEG School of Management), Grégory se voit confier en 2021 la responsabilité de l’offre et de l’expertise Cegos en matière d’ingénierie de formation et d’efficacité professionnelle.
En savoir plus
newsletter image

Recevez nos newsletters

Formation, Management, Commercial, Efficacité pro

Abonnez-vous