Cegos est à vos côtés et vous accompagne pour réussir votre télétravail - Découvrez nos modules e-learning gratuits

Fiche Métier : Business Analyst

Qu’est-ce qu’un Business Analyst ?

Le business analyst (BA) est également connu sous le nom de consultant fonctionnel, analyste d’affaires ou chargé d’étude en organisation et informatique. C’est une fonction clé, car cet expert interfère avec tous les services présents au sein de l’entreprise. On le retrouve le plus souvent au sein de grandes sociétés possédant plusieurs filiales et/ou activités. Il peut également jouer le rôle de consultant indépendant pour des TPI.  

Sous l’égide de la direction marketing et/ou commerciale, le BA est chargé de donner de la valeur aux chiffres. Cela implique qu’il traite le processus d’information de manière à tirer des résultats sur l’activité de l’entreprise. Le business analyst effectue régulièrement et continuellement une étude structurelle du marché et un contrôle minutieux des mécanismes financiers et marketing de sa société. En ce sens, il doit alors évaluer son efficacité ou dans le cas contraire, apporter les corrections nécessaires si besoin est.     

En d’autres termes, le consultant fonctionnel a pour but d’adapter et d’aligner le processus de vente, de production ou de logistique aux contraintes extérieures. Il peut s’agir de l’implantation d’un nouveau concurrent, du lancement d’un nouveau produit ou de nouvelles solutions informatiques.

Quel est son rôle ?

Son rôle diffère selon l’entreprise où il exerce sa fonction.

Comme son nom l’indique, le data analyst fait une analyse complète de tous les besoins de l’entreprise, à savoir ses moyens matériels, informatiques et financiers, ses ressources humaines ainsi que les stratégies apposées. Si cette analyse des besoins est incorrecte ou incomplète, les projets de la société peuvent échouer.

Le business analyst détermine également la politique commerciale appliquée par l’entreprise ainsi que les objectifs à atteindre. Ces derniers sont fixés en fonction de l’évolution future souhaitée par la société. Dans cette optique, le BA se base sur des tableaux de bord et des business plans ajustés à chaque type de projet.

Rôle d’interface

Le consultant fonctionnel est l’intermédiaire entre les départements opérationnels et le service informatique. Il facilite les échanges entre ces différents interlocuteurs. La communication fait partie intégrante de son quotidien. Le BA fait remonter les informations du terrain vers le service concerné. Il peut également faire office d’appui-conseil auprès de sa hiérarchie sur les problématiques relatives à son domaine d’expertise. En agissant sur la stratégie globale de l’entreprise, il fait en sorte que celle-ci soit comprise par tous ses collaborateurs. Il apporte une réelle valeur ajoutée à sa société. Il est donc le pion fort de l’échiquier. Sa contribution est massive et efficiente.

Rôle de gestionnaire de projet

Un bon gestionnaire, le business analyst mène les projets à terme et met en place les acteurs indispensables. Il entre en scène pendant la réalisation de l’activité jusqu’à sa finalisation. C’est le maillon fort de la chaîne à qui on doit la réussite ou l’échec d’un projet.

Le consultant fonctionnel doit non seulement planifier son travail, mais aussi partager les tâches de son équipe. Il doit suivre minutieusement les différentes étapes du projet. Ce dernier est mis en œuvre à partir d’un besoin. Le BA est donc tenu d’identifier la meilleure solution pour satisfaire les objectifs définis. Ensuite, il détermine précisément ce qui doit être fait, comment y procéder et quels sont les moyens utilisés.

En outre, l’analyste d’affaires organise la mobilisation des ressources nécessaires. Pour ce faire, il doit affiner le budget financier en additionnant les différentes charges externes et internes. Il lui revient de surveiller l’avancée du projet, les dépenses, le respect du planning et les résultats par rapport au projet initial.

Le business analyst doit être attentif au tableau de bord et aux principaux indicateurs de performance ou KPI. Le BA est tenu d’informer, à tout moment, les parties prenantes de l’avancée des activités et de toute anomalie majeure.

Rôle de gestionnaire financier

Fiches Métiers de l'informatique - Business Analyst

Ses mots-d’ordre sont prévoir, contrôler, analyser et conseiller. En collaboration avec le comptable, le business analyst établit une base de données qui inclut les chiffres fournis par les commerciaux, les projections, les outils de pilotage et les tableaux de bord de gestion.

Dans cette optique, le BA calcule la plus-value des différents services et produits de la société. Ensuite, avec ses supérieurs, il fixe les prix de vente qui sont basés sur l’analyse des coûts de revient. Il lui incombe de traiter et d’organiser les objectifs à atteindre à partir de cette base de données financières. Autrement dit, il exploite les données financières de l’entreprise pour piloter l’activité.  

Rôle de manager de ressources

Le business analyst se substitue au manager de ressources si les besoins se font sentir. Il gère les ressources humaines indispensables pour le développement d’un projet de l’entreprise. Pour cela, il doit connaître les aptitudes de chacun afin d'affecter les bonnes personnes aux tâches qui leurs correspondent. Si les besoins prévisionnels sont élevés ou si des baisses de charge sont à prévoir, il doit en avertir au plus vite sa hiérarchie.

Quelles sont ses missions ?

Mieux anticiper le futur reste le défi le plus difficile de tout business analyst. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il doit établir des prévisions budgétaires fiables et pertinentes. Ses missions consistent à récolter les bonnes informations provenant des métiers. Celles-ci ne sont pas seulement financières. Le BA est notamment apprécié pour sa compétence à améliorer les décisions stratégiques de l’entreprise.   

Établir le cahier des charges 

Il est important de rédiger un cahier des charges pour la mise en place de tout type de projet. Le business analyst se sert de cet outil de pilotage pour décrire tous les besoins afin de les rendre accessibles par tous. Il donne un repère pour le futur développement. Il peut également renseigner sur le coût et le budget à allouer.    

Anticiper l’évolution des coûts

Cette option concentre généralement l’attention du business analyst. Et pour cause, une évolution à la hausse ou à la baisse présage dans tous les cas un passage de turbulences pour l’entreprise. Le cas échéant, le BA doit prendre les mesures nécessaires dans des délais brefs.

Afin de ne pas investir dans de nouveaux moyens de production ou modifier la dimension de l’entreprise, il est crucial d’anticiper l’évolution des coûts. Cette tâche peut s’avérer assez compliquée. Le Business analyst doit travailler sur des outils fiables tels qu’un carnet de commande à l’horizon d’une ou plusieurs années, une étude de marché, les taux de followers sur les réseaux sociaux, le nombre de visites sur le web, etc. Il doit être à l’affût de tout ce qui se passe tout autour de lui.   

Contrôler les données qualitatives et quantitatives de l’entreprise

Cette étude qualitative et quantitative permet de prévoir les décisions futures de l’entreprise. En effet, elle permet de bien cerner la clientèle en prenant soin d’identifier leurs attentes et leurs besoins.

  • Les études qualitatives

Le business analyst se base sur ce type d’étude pour comprendre le comportement et la motivation des consommateurs. Cette pratique permet de définir sa cible, effectuer une étude et analyser les résultats.

  • Les études quantitatives

Le business prend en compte les résultats quantifiés découlant de tests de marchés et/ou de produits ou de panel (groupe de personnes interrogées à une fréquence régulière).

Quelles sont les qualités et les compétences requises pour devenir Business Analyst ?

Le business analyst doit disposer d’excellentes capacités d’analyse pour le suivi quantitatif et qualitatif de l’entreprise. On lui exige une grande capacité d’écoute afin de prendre en compte les avis et les opinions des différents intervenants. En bon communicant, il doit savoir échanger et se mettre à la place de son interlocuteur. Il doit rester neutre à toute épreuve et ne pas prendre position devant des cas de mésententes.

Négociation, diplomatie et créativité font partie de son quotidien. Le business analyst voit la vie comme un challenge et n’a pas peur de sortir des sentiers battus pour rechercher des idées innovantes.

La pratique de plusieurs langues étrangères est essentielle, en l’occurrence la langue de Shakespeare, car il est souvent amené à s’entretenir avec des interlocuteurs d’horizons différents. Il doit être capable de diriger une réunion, de l’animer et d’exposer ses convictions avec précision.       

Comment devenir Business Analyst ?

Étant l’intermédiaire entre le service informatique et les directions opérationnelles, le business analyst peut être issu d’une formation technique ou d’une école d’ingénieurs, de commerce, de finance ou d’informatique. Un postulant qui dispose d’une expérience minimum de 5 à 10 ans peut aspirer à cette fonction. Toutefois, il lui faut avoir une connaissance accrue du domaine, à savoir les opportunités et les perspectives ainsi que les éventuels facteurs de blocage.  

Une formation professionnalisante vous permet d’appréhender les problématiques du métier. En sus, elle facilite toutes les analyses du consultant fonctionnel concernant les systèmes d’information.   

Ces formations peuvent aussi vous intéresser